Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sea, Spitz' and Sun - and Work !

Publié le par Alain Bourguignon

(Sorry for the english version, I have no time for it !)

J'ai le plaisir de vous annoncer, chers amis, que le Polaris n'a pas fait naufrage à l'occasion de ma première croisière à bord ! Pas une seule fois !

Il y a beaucoup de choses à raconter déjà, mais je vais faire plutôt court, car je n'ai pas beaucoup beaucoup de temps. J'ai été cette semaine en formation steward avec Claire, l'actuelle hôtesse du bateau (et non pas du gâteau, comme ma tablette avait pris l'initiative d'écrire dans le précédent article) que je vais remplacer dès à présent, et avec qui j'ai travaillé en doublon. Une aubaine pour nous deux, même si c'est pour moi goûter à une facilité éphémère : le vrai travail ne fait que commencer. Ce poste de steward implique en effet... de nombreuses choses, dont certaines vont être difficiles pour moi, et vont sans doute m'amener à visiter mes propres limites ! Rien de compliqué dans les tâches quotidiennes : faire les lits, nettoyer les toilettes et salles de bain (ça fait tout de même un rythme de 13 trônes par jour, ce n'est pas rien !), essuyer la vaisselle, faire des lessives, servir et tout et tout. Là où ça se gâte, c'est dans les dizaines de petits détails à penser en permanence, tout le temps (comme penser à refaire le stock au bar pendant que les passagers sont à terre, sans quoi on doit aller les déranger dans leur piaule ou les faire lever de la banquette à table pour chercher une bouteille de rouge). Surtout au petit déj', quand t'es encore dans le gaz et qu'il faut veiller à ce qu'il y ait toujours de tout sur la desserte, pour ne pas qu'il réclament ce qu'il manque. Bref, d'entrée de jeu, ça fait beaucoup à retenir. Et aussi tous les rangements partout partout dans le bateau, dans les placards, sous les lits, sous les banquettes, en fond de cale (où il faut se faire une mission commando, en bleu de travail, ramper pour aller chercher du pinard... ça c'est cool)... Mais ce qui va rendre le job assez difficile pour moi, c'est le fait de finir le service tous les soirs à disons 23h, et de réattaquer le lendemain à 7h30. Ça laisse peu de temps pour soi le soir ou le matin ; entre autres, je n'ai pas encore réussi à trouver une petite place pour la méditation assise, et pourtant ce pays y est on ne peut plus propice. Ça donne parfois l'impression de vivre pour le travail ; et ça fatigue ! Et du coup, il faut gérer la fatigue, ou faire avec. Le mieux, c'est que ma première nuit a été assez difficile, avec le jour permanent, la chaleur de la cabine et le bruit (et les pitites vibrations sur le ventre) du groupe électrogène. Voilà, tout ce pâté pour vous dire que ce job devrait tout de même être une épreuve pour moi !

Mais c'est, évidemment et heureusement, le seul bémol dans cette nouvelle aventure. L'équipage est vraiment extra (Arthur le capitaine, Baptiste le second, Sofiane le matelot, Hervé Le cuisto et Claire l'hôtesse), malheureusement (où pas, on verra !) il est amené à être complètement changé d'ici mi juillet. Ils sont tous adorables, et l'ambiance à bord est top : et ça gueule, et ça se chambre à tout bout de champ... Comme à la maison, quoi. Genre : quelqu'un est sur ton passage, tu ne lui dis pas "pardon", mais : "bon allez, tu vas te barrer de là !" Je grossis un peu le trait, mais pas beaucoup. Sans oublier, bien sûr, toutes les photos de nanas à poil partout sur les murs côté équipage ! Mais derrière ça, tout le monde t'offre toujours de l'aide sans hésiter. Donc niveau ambiance à bord du Polaris, c'est vraiment le top du top.

Surtout avec les skieurs. Pendant encore les deux prochaines semaines, le croisières seront des croisières ski, pour emmener les passagers skier dans des montagnes complètement vierges et sauvages. Et cette semaine, ils étaient 12 + 3 guides, que des mecs : vous imaginez l'atmosphère ! Et vous pouvez imaginer aussi comment ils pouvaient être avec Claire, la seule femme à bord... ha ha ! (en vrai, ils étaient adorables avec elle). Les conversations sont la plupart du temps en dessous de la ceinture, ils profitent d'être loin de leurs femmes pour se lâcher complètement ! Un soir, on les a retrouvé tous en caleçon sur le pont ! Ils sont terribles, de sacrés buveurs, mais ont tous aussi un grand coeur. Paulo, un des guides (qui se faisait charrier à longueur de journée), m'a même offert une chemise ! Et on a tous ensemble fait la tournée des bars de Longyerbyen (bon, ça ne représente que trois bars, mais quand même...)

Ah oui, tiens, pour la tenue de steward, en fait je dois la porter seulement pendant le service du dîner, pour donner une petite ambiance restaurant. Ça peut paraître un peu too much de prime abord, mais l'effet en vaut vraiment la peine, c'est très apprécié. Je n'ai porté le gilet de service que le dernier soir, mais le jour où je l'ai sorti, et quand j'ai sorti le noeud pap ' aussi, j'ai eu le droit à une petite ovation ! Autre chose sans rapport, j'ai appris à piloter le zodiac pour pouvoir m'évader quand j'ai un moment à moi, et la semaine qui vient, je vais avoir une formation de tir, pour faire le poids contre les ours !

Pour le reste, le Svalbard... c'est vraiment un endroit magique. Le royaume des neiges et des rocs. Nous avons le jour permanent, ça fait toujours bizarre, à minuit, de penser qu'il n'est que 16h... Cette semaine en plus, comme vous pouvez le voir sur les photos, on a eu un temps exceptionnel, il nous arrivait souvent de sortir en t-shirt sur le pont. On se tâtait même à piquer une petite tête parfois ! Les paysages sont absolument magnifiques, on voit à des dizaines de kilomètres et les distances nous paraissent insaisissables : une montagne ou un glacier qui semble être de taille raisonnable et à quelques centaines de mètres du bateau, sont en réalité à plusieurs kilomètres, et de proportions beaucoup plus impressionnantes... Cette distortion des distances me fascine.

Bon, nous n'avons pas encore vendu la peu de l'ours... nous n'en avons toujours pas vu la couleur. A priori, c'est encore trop tôt dans la saison, à moins d'un coup de chance, et on n'était également pas assez au Nord. En revanche, à mon plus grand bonheur, nous avons vu un renard polaire ! Un beau matin, alors qu'on était amarré sur la banquise, il est venu se balader juste à côté du bateau. On a vu un groupe de Morses aussi, en train de glander sur la plage... Drôle de bestiole. Un gros sac de graisse, qui rote, qui pète, qui morve et qui pue - mais qui a l'air très affectueux ! Sinon, des rennes, des phoques annelés et barbus, des pétrels, des guillemots, des mouettes, et aussi un couple de macareux. (P.S. : on a en fait vu un ours polaire, hier en rentrant au port ! Si vous regardez bien, c'est le pixel blanc sur deux photos...)

Voilà voilà, ça fait déjà pas mal de texte en fin de compte. Je vous laisse avec ces quelques photos, et vous dis à la semaine prochaine ! Ciao les lap... ah non il faut pas dire lap***, paraît que ça porte malheur sur un bateau !

(Je m'excuse, le wiki est vraiment pourri, j'ai une trentaine de photos mais je n'arrive pas à les up loader...)

Commenter cet article

Yannick 06/06/2015 11:34

Je suis très heureux que tout se passe bien pour toi. Je serai un fidèle lecteur de tes aventures! Porte toi bien et profite de ces paysages uniques!
Que tout te soit propice!
Yannick

Alain Bourguignon 08/06/2015 11:37

Merci Yannick, ça me fait plaisir ! Je vous enverrai une carte, avant que les retraitants entrent en retraite ! ☺

anonyme 01/06/2015 19:28

Pas trop le mal de mer à ce que je lis! cool! Qu'est ce qu'il vous cuisine de bon Hervé 2? Pour l'hôtesse ça m'a pas l'air très clair. T'as pas des jours de congés pour méditationnner? dont worry, be biche*

Alain Bourguignon 08/06/2015 11:41

Des jours de congé, non, ça n'existe pas ici ! Hé hé. Un poil le mal de mer une journée, mais c'est tout pour l'instant. Hervé il nous cuisine des trucs super bon, sa spécialité c'est les desserts au bleu ou au chèvre ! Bibi bichette, hope you're doin' well ☺