Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A.W. à bord du Polaris (non, pas Andy Wharol !)

Publié le

Chers lecteurs, J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise, qui est une bien triste nouvelle, est que mon aventure au Svalbard vient tout juste de toucher à sa fin. Ce fut pour moi la dixième et dernière croisière en ce très septentrional archipel. Il est temps désormais pour le Polaris 1 et ses cinq membres d'équipage, de retourner en Norvège ! Pour cette dernière aventure de 12 jours, nous avons vu à bord un groupe de photographes constitué d'Américains, d'Anglais, d'Allemands et de Suisses Allemands. Encore un truc bien compliqué au niveau de l'affrètement du bateau : un des passagers Américains, Arthur, avec un Allemand, Norbert, auraient décidé d'organiser le voyage, en faisant appel à un guide Allemand, Frank, faisant lui-même appel à un guide chez Grands Espaces, Christophe ; ce qui fait que je ne sais plus très bien qui a affrété le bateau, en fin de compte... Le client à la base de tout ça, Arthur, Art de son diminutif, donnera un des premiers soirs une petite conférence sur comment rendre les photos plus artistiques, plus graphiques, en jouant sur les lignes, la texture, les formes, la gestuelle, etc... "Eh bien, il a l'air doué ce Art Wolfe, tu le connais papa ?" "Oui, c'est un peu un des photographes les plus connus au monde !" "Ah oui, bon, d'accord, au temps pour moi..."

Art Wolfe et moi

Art Wolfe et moi

Pour cette nouvelle longue croisière, nous ne sommes pas cette fois allés aux Sept Îles ni à la banquise, mais nous avons navigué jusqu'à l'Est du Spitzberg, qui rappelons-le, est l'île principale du Svalbard (celui-ci étant l'archipel). Nous avons donc pris le chenal entre le Spitzberg et Nordaustlandet (2ème grosse île au Nord-Est), à savoir le détroit de Hinlopen. Nous nous sommes d'abord arrêtés à Alkefjellet, une grosse falaise peuplée de myriades de piafs, des Guillemots. Ils devaient encore en être au grand premier plongeon des juvéniles, puisqu'il y avait tout plein de pitits poussins tout mignons dans l'eau ! Celui en photo, c'est le poussin de Dimitri.

A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)

Après cela, nous nous sommes rendus au Sud de Nordaustlandet, là où le glacier Brasvellbreen commence à se jeter dans la mer, pour à peu près 160 km de front de glacier sur toute la moitié Est de l'île. C'était une endroit recherché par les photographes que nous avions à bord, car déjà le front de glacier en lui-même est absolument majestueux, une muraille de glace de 20m de haut s'étendant à perte de vue, et aussi car s'écoulent de ce glacier de très jolies cascades. Rajoutez à cela un soleil (presque) couchant rasant l'horizon, un temps de cocu et des lumières de folie transformant les cascades en golden showers : vous obtenez des photographes comblés !

A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)
A.W. à bord du Polaris  (non, pas Andy Wharol !)

Commenter cet article