Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De Bodø à Tromsø en passant par la Suisse-Allemagne (crédits : Luc)

Publié le

Chers lecteurs,

Cette cinquième croisière qui s'achève amène encore un franc succès pour le Polaris et son équipage, qui affichent un taux de satisfaction clientèle de 100%. Oui ! 100%. Je ne vais encore pas trop m'attarder sur cet article, j'ai de nouveau passé quasi toute la croisière à bord, et je n'ai que cinq malheureuses photos à vous montrer ! J'espère que vous saurez me pardonner. Si vous ne me pardonnez pas, je m'en voudrai à vie, et toute ma vie sera gâchée. Pitié.

Cette semaine, nous avons eu un nouveau groupe de Suisses-allemands de chez Bergundtal. Pas pour des raquettes, mais pour du ski. J'ai beaucoup apprécié ce groupe ! Tous super gentils et aimables, sans être réservés, c'était agréable. Je me rends compte que je compare toujours les derniers passagers aux précédents, je vais essayer d'arrêter cette fâcheuse manie ! Disons seulement que ceux-ci étaient top. Deux d'entre eux ne parlaient ni français ni anglais, c'était quelque chose pour communiquer.

Nous avons débuté cette croisière à Bodo, avec un vent... assez décoiffant ! Il nous faisait carrément gîter à babord, et le plancher devant la passerelle (des plaques de tôle seulement posées) se soulevaient et manquaient de s'envoler, il a fallu les saisir. On est resté, si ma mémoire est bonne (elle commence à me faire défaut en ce moment, je me retrouve souvent à l'ouest (mes mains aussi commencent à m'abandonner, la fonction "préhension" me fait des ratés, je lâche de verres, je renverse mes tasses de café... karma de merde)), fermez la parenthèse, point virgule ; on est resté trois jours dans le secteur, les Alpes de Bodo. Suite à quoi nous avons entamé notre remontée vers le Nord. On a d'abord navigué jusqu'aux Îles Lofoten, où nous avons mouillé (oui, on mouille souvent) à... où, déjà ? Mais le lendemain matin, la météo n'étai pas top pour le ski, alors nous avons dit tant pis les Lofoten, et poursuivi notre ascention. Navigation pendant une journée complète jusqu'à minuit ; j'ai passé mon temps à servir des cappuccinos ! D'ailleurs cela a réveillé le Al Cappucc' qui sommeillait en moi, et à l'heure où j'écris ces lignes, je suis à deux doigts de battre mon record (qui est de 60 cappuccinos). Il reste encore ce soir et demain matin. Nous avons enfin passé les derniers jours dans le secteur des Alpes de Lyngen, au Nord de Tromso. Je ne me rappelle plus des noms (qu'est-ce que je vous disais), si ce n'est le petit village d'Hamnes où nous avons de nouveau passé une journée. Et de nouveau les enfants sont venus jouer à bord, à écrire sur tous les tableaux, à parler au microphone, à sonner la corne de brune (et non pas la cornemuse) pendant l'heure de la sieste... Les passagers sont partis tard dans la matinée, question de météo, du coup ça nous a laissé du temps pour partir, Luc, Chef et moi, faire une petite balade en raquettes. Ca fait un bien fou ! On n'a pas eu la vue qu'on espérait sur la chaîne de Lyngen, certes. Au retour sur le bateau, on a vu, juste à côté du bateau, une loutre chasser des poiscailles : étonnante scène ! L'eau était très claire, on pouvait voir tout le banc de poissons qui s'agitait, et la loutre au milieu. C'est les seules photos que j'ai cette semaine !

Et nous voilà de retour à Tromso, le dernier dîner des passagers approche. Demain matin ils partiront et d'autres arriveront le soir : encore un switch qui sera court et intense !

En attendant, en attendant quoi je ne sais pas, mais en attendant je vous salue !

De Bodø à Tromsø en passant par la Suisse-Allemagne  (crédits : Luc)
Elle a la même tête que Choup', tu trouves pas maman ?

Elle a la même tête que Choup', tu trouves pas maman ?

Underwater

Underwater

Flou, certes, mais loutre !

Flou, certes, mais loutre !

Juste à côté du bateau, que j'disais

Juste à côté du bateau, que j'disais

Commenter cet article